Martyrs des « Pontons de Rochefort »

Bienheureux Martyrs des « Pontons de Rochefort »

64 martyrs de la Révolution

Fête le 10 juin

Église de France

† Île Madame, Charente-Maritime, 1794 et 1795

Cf. Jean-Baptiste Souzy et 63 compagnons

Béatifiés le 1er octobre 1995

Autres mentions : 18 août – 2 septembre (Frères Martyrs de Rochefort)

Les bienheureux 64 Prêtres martyrs de la Révolution (Martyrs des pontons de Rochefort) ont été béatifiés par Jean-Paul II le 1er octobre 1995 à Rome. Jean-Baptiste Souzy, prêtre du diocèse de La Rochelle fut nommé par l’Évêque vicaire général de la déportation.

En 1790 la Révolution exige des prêtres qu’ils prêtent serment à la « Constitution civile du clergé » qui tend, entre autre, à séparer l’Église de France de Rome (l’évêque, comme les prêtres, étant élu et ne pouvant que signifier au Pape son élection). En 1791, l’État considère comme suspect tous les non-jureurs et en 1792 il prévoit leur déportation à la Guyane. De plusieurs départements, on achemine vers le port de Rochefort 829 prêtres et religieux réfractaires. Bien qu’ils ne soient pas toujours maltraités sur leur passage, les conditions du voyage sont déjà pénibles et cependant, malgré les possibilités qui leur sont parfois offertes, aucun ne s’échappe. Arrivés à Rochefort, sur la Charente, et après un certain temps de détention, on les embarque sur deux « pontons » ; ce sont deux anciens « négriers » ayant servi pour la traite. Mais pour les prêtres, les conditions sont encore plus affreuses qu’elles ne l’étaient pour les esclaves, car il ne s’agit plus seulement de « marchandise » humaine à conserver, mais d’ennemis à éliminer. Quant à la destination vers la Guyanne, personne ne l’envisage sérieusement, car avec le blocus des côtes par les Anglais, c’est impossible. On se contente donc de jeter l’ancre au large de l’estuaire de la Charente près de l’île d’Aix et c’est là que resteront les deux pontons. Les conditions sont intenables : entassement, nourriture infecte, habits pleins de poux, épidémie de typhus, interdiction de parler latin et même de prier. Aux moqueries et mauvais traitements, ces martyrs n’opposent aucune parole de malédiction, mais répondent par le pardon et la prière pour le pays. Le bilan est de 547 morts. L’épreuve aura duré du 11 avril 1794 au 12 avril 1795. Le 1er octobre 1995 Jean Paul II en béatifie 64, les seuls pour lesquels il y a des témoignages. Dans la même cérémonie, il béatifie aussi 45 martyrs de la guerre civile espagnole (1936-1939), ainsi qu’un religieux des Écoles pies. En tout 110 bienheureux !

Liste des 64 martyrs des « Pontons de Rochefort » : Jean-Baptiste Souzy, Antoine Bannassat, Jean-Baptiste de Bruxelles, Florent Dumontet de Cardaillac, Jean-Baptiste Duverneuil, Pierre Gabilhaud, Louis Wulphy Huppy, Pierre Jarrige de la Morelie de Biars, Barthélemy Jarrige de la Morelie de Biars, Jean-François Jarrige de la Morelie de Breuil, Jean-Joseph Juge de Saint-Martin, Marcel-Gaucher Labiche de Reignefort, Pierre-Yrieix Labrouche de Laborderie, Claude-Barnabé de Laurent de Mascloux, Jacques Lombardie, André-Joseph Marchandon, François d’Oudinot de la Boissière, Raymond Petiniaud de Jourgnac, Jacques Retouret, Paul-Jean Charles, Augustine-Joseph Desgardin, Pierre-Sulpice-Christophe Faverge, Joseph Imbert, Claude-Joseph Jouffret de Bonnefont, Claude Laplace, Noël-Hilaire le Conte, Pierre-Joseph Legroing de la Romagère, Jean-Baptiste Jacques Louis Xavier Loir, Jean Mopinot, Philippe Papon, Nicolas Savouret, Jean-Baptiste Ignace Pierre Vernoy de Montjournal, Louis-Armand-Joseph Adam, Charles-Antoine-Nicolas Ancel, Claude Beguignot, Jean Bourdon, Louis-François Lebrun, Michel-Bernard Marchand, Pierre-Michel Noël, Gervais-Protais Brunel, François François, Jacques Gagnot, Jean-Baptiste Guillaume, Jean-Georges Rehm, Claude Richard, François Hunot, Jean Hunot, Sébastien-Loup Hunot, Georges Edme René, Lazare Tiersot, Scipion-Jérôme Brigéat de Lambert, Jean-Nicolas Cordier, Charles-Arnaud Hanus, Nicolas Tabouillot, Antoine Auriel, Élie Leymarie de Laroche, François Mayaudon, Claude Dumonet, Jean-Baptiste Laborier du Vivier, Gabriel Pergaud, Michel-Louis Brulard, Charles-René Collas du Bignon, Jacques-Morellus Dupas et Jean-Baptiste Menestrel.

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *