Serapion le Sindonite

« Il a été appelé le Sindonite, à partir d’un seul vêtement de lin grossier qu’il portait toujours. Il était natif d’Egypte. Dépassement grande était l’austérité de sa vie pénitentiaire. Bien qu’il ait voyagé dans plusieurs pays, il a toujours vécu dans la même pauvreté, le sacrifice, et le souvenir. Dans une certaine ville, commisération l’aveuglement spirituel d’un idolâtre, qui était aussi comédien, il se vendit à lui pour vingt pièces d’argent. Sa seule subsistance dans cette servitude était le pain et l’eau. Il s’acquitta en même temps de tout devoir de son état avec la plus grande diligence et fidélité, se joignant à sa prière assidue au travail et à sa méditation. Ayant converti son maître et toute la famille à la foi, et lui a incité à quitter la scène, il a été rendu libre par lui, mais ne pouvait pas être prévalu sur de garder pour son propre usage, ou même de distribuer aux pauvres, les vingt pièces de monnaie qu’il avait reçu comme le prix de sa liberté. Peu après cela, il se vendit une seconde fois, pour soulager une veuve affligée. Ayant passé quelque temps avec son nouveau maître, en récompense des services spirituels du signal, outre sa liberté, il a également reçu un manteau, une tunique, ou sous-vêtement, et un livre des évangiles. Il avait à peine sorti des portes, quand, rencontrant un pauvre homme, il lui donna son manteau; et peu après à un autre affamé de froid, il a donné sa tunique; et a été ainsi réduit à nouveau à son vêtement de lin unique. Étant demandé par un étranger qui c’était qui l’avait dépouillé et l’a laissé dans cette condition nue, montrant son livre des Évangiles, il a dit: «ce que c’est qui m’a dépouillé. Peu de temps après, il a vendu le livre lui-même pour le soulagement d’une personne en détresse extrême. Étant rencontré par une vieille connaissance, et a demandé ce qui était devenu de celui-ci, il a dit: «pourriez-vous y croire? cet Évangile semblait continuellement me crier: allez, Vends tout ce que tu as, et donne aux pauvres. C’est pourquoi je l’ai aussi vendu, et donné le prix aux membres indigents du Christ.  » N’ayant plus rien maintenant, mais sa propre personne, il en a disposé de nouveau à plusieurs autres occasions, où les nécessités corporelles ou spirituelles de son voisin ont appelé à l’allégement: une fois à une certaine maniche à Lacedæmon, qu’il a servi pendant deux ans, et avant qu’ils ne soient a expiré, a apporté à la fois lui et toute sa famille à la vraie foi. Saint Jean le aumônier ayant lu les détails de cette histoire, a appelé à son intendant, et lui dit, en pleurant: «pouvons-nous nous flatter que nous faisons des choses importantes parce que nous donnons nos successions aux pauvres? Voici un homme qui pourrait trouver des moyens de se donner à eux, et tant de fois plus. St. Sérapion est allé de Lacedæmon à Rome, là pour étudier les modèles les plus parfaits de la vertu, et, de retour après en Egypte, est mort dans le désert, étant 60 ans, quelque temps avant Palladius visité l’egypte en 388. Henschenius, dans ses notes sur la vie de Saint Auxentius, et Bollandus prendre note que dans certains Menæa il est honoré le 21 mars; Pourtant, ils n’ont pas donné ses actes ce jour-là. Baronius le confonde avec Saint Sérapion, le martyr de Sidon. Voir Pallad. Lausiac. ch. 83. et Leontius dans la vie de Saint Jean le aumônier.
Le révérend Alban Butler (1711 – 73). Volume III: mars. « La vie des Saints » 1866.

«Sindon» signifie «tissu de lin», et ce Saint a été appelé «le Sindonite» parce qu’il a couvert son corps nu seulement avec un tissu de lin. Il a porté les Évangiles dans sa main. Sérapion vivait comme les oiseaux, sans toit et sans soucis, se déplaçant d’un endroit à L’autre. Il a donné sa toile de lin à un malheureux qui frissonnait de froid, et lui-même est resté complètement nu. Quand quelqu’un lui a demandé: «Sérapion, qui vous a fait nue?, il a indiqué les Évangiles et a dit: «Ceci! Mais, après cela, il a donné les Évangiles aussi pour l’argent nécessaire par un homme qui était pourchassé en prison par un créancier pour une dette. À un moment à Athènes, il n’a pas mangé pendant quatre jours, n’ayant rien, et a commencé à crier avec la faim. Quand les philosophes Athéniens lui demandèrent ce qu’il criait, il répondit: «il y avait trois à qui j’étais endetté: deux ont apaisée vers le bas, mais le troisième me tourmente encore. Le premier créancier est la luxure charnelle, qui m’a tourmenté de ma jeunesse; le second est l’amour de l’argent, et le troisième est l’estomac. Les deux premiers m’ont laissé seul, mais le troisième me tourmente encore. Les philosophes lui ont donné de l’Or pour acheter du pain. Il est allé chez un boulanger, a acheté un seul pain, a posé tout l’Or et est sorti. Il est allé paisiblement au Seigneur dans la vieillesse, au Ve siècle.  »
Du prologue de Ochrid par Mgr Nikolai Velimirovich

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *