Annibale Maria Di Francia

Saint Annibale Maria Di Francia

Prêtre et Fondateur des Rogationnistes

Fête le 1er juin

Messine, Italie, 5 juillet 1851 – † id. 1er juin 1927

Béatifié le 7 octobre 1990 par le pape Jean Paul II

Canonisé le 16 mars 2004 par le pape Jean-Paul II

Le bienheureux Annibale Maria Di Francia, est né à Messine le 5 juillet 1851 et est décédé le 1er juin 1927. Prêtre en 1878, éducateur pour les enfants orphelins et abandonnés, il fonde, en 1887, la Congrégation des Filles du Divin Zèle, et en 1897 la Congrégation des Rogationnistes du Cœur de Jésus. Il fonda aussi un journal. Il a été béatifié le 7 octobre 1990 par Jean-Paul II à Rome.

L’appel du P. Annibale à prier pour toutes les vocations, gouvernants compris

CITE DU VATICAN, Jeudi 19 février 2004 (ZENIT.org) – Prier pour les vocations, sacerdotales, à la vie consacrée, mais aussi de parents, éducateurs, enseignants, et même gouvernants, tous appelés à travailler à la « moisson du Seigneur », c’était le charisme du P. Annibale.

Annibale Maria Di Francia (1851-1927), prêtre italien est fondateur de la Congrégation des Rogationistes du Sacré-Coeur et des Filles du Divin zèle. Il a été béatifié en 1990.

Plus jeune que Don Orione, de vingt ans, le P. Annibale Maria était originaire de Messine. Il fut l’apôtre de la prière et de l’action en faveur des vocations.

Le P. Riccardo Pignatelli, postulateur de la cause de canonisation, confit aujourd’hui au micro de Radio Vatican : « C’était un amoureux de l’Eucharistie et de l’Eglise. C’était un chrétien qui concevait sa vie comme un don pour les autres. C’était un noble qui s’est fait pauvre jusqu’à aller vivre non seulement avec les pauvres, mais comme les pauvres. C’était un prêtre selon le cœur de Dieu. Le P. Annibale a été, comme l’Eglise l’a proclamé dans le propre de la messe pour sa fête, « un apôtre insigne de la prière pour les vocations et un vrai père pour les orphelins et les pauvres ». »

Le nom de « Rogationistes » vient en effet de « rogate » : « priez », une invitation à prier pour les vocations.

« Ce commandement du Christ pour invoquer le don des vocations a été pour le P. Annibale comme une référence inébranlable, continuait le postulateur. Il a caractérisé sa vie au point que Jean-Paul II a reconnu que le fondateur « a dépensé toutes ses énergies pour cette très noble cause ». Pour le P. Annibale, tous ont une vocation : les ouvriers de la moisson du Seigneur ne sont donc pas seulement les prêtres et les consacrés, mais les laïcs, à commencer par les parents, les éducateurs, les enseignants, et même les gouvernants. Pour lui, la prière pour les vocations doit par conséquent s’étendre aussi à toutes ces catégories de personnes ».